Endométriose et fertilité : réponses à dix questions fréquemment posées

Endométriose et fertilité : réponses à dix questions fréquemment posées

15/03/2017

Endométriose et fertilité : réponses à dix questions fréquemment posées

L'endométriose est une maladie peu connue. Elle touche cependant plus de 200 millions de femmes dans le monde et peut non seulement compromettre la santé mais aussi la fertilité. C'est pourquoi il est essentiel de la diagnostiquer le plus tôt possible. Si vous ressentez une douleur pelvienne continue ou si vos règles sont très douloureuses, demandez à votre gynécologue de vous examiner. Et si l'endométriose est confirmée, ne vous alarmez pas, car cette maladie peut être traitée. Vous trouverez des réponses à certaines questions fréquemment posées ici :

  1. Quelles sont mes possibilités d'obtenir une grossesse ?
    Le meilleur moyen d'y arriver est de vous rendre dans un centre disposant d'une équipe spécialisée en endométriose, car chaque cas doit être étudié de façon individualisée.
  2. Pourquoi affecte-t-elle la fertilité ?
    Parce qu'elle peut provoquer des adhérences qui perturbent la fonction des trompes, ou encore affecter le développement des ovules ou l'implantation des embryons.
  3. Quels traitements peuvent aider à l'améliorer ?
    Les options sont essentiellement le traitement médical hormonal, la chirurgie et les techniques d'assistance médicale à la procréation.
  4. Quand est-il nécessaire d'opérer ?
    Seulement lorsque la douleur n'est pas contrôlée par des médicaments ou lorsque les patientes ont de très gros kystes ou des trompes très dilatées.
  5. L'âge est-il un facteur défavorable ?
    Oui, parce que la maladie peut progresser et la fertilité diminuer. C'est pourquoi nous conseillons de ne pas retarder la maternité ou de préserver les ovules.
  6. De quelle manière les techniques d'assistance médicale à la procréation peuvent-elles aider ?
    Il y a plusieurs options, mais le choix dépend de l'étendue de la maladie, du résultat des traitements préalables et de l'âge.
  7. Dans quels cas sont-elles particulièrement indiquées ?
    Chez les patientes âgées de plus de 38 ans ou opérées dont les possibilités de grossesse spontanée sont présumées faibles.
  8. Quel est le taux de réussite de la FIV dans l'endométriose ?
    Il est très variable. Cela dépend de l'étendue de la maladie, de l'âge et du type de technique proposée, et une étude approfondie du couple est nécessaire.
  9. L'implantation de l'embryon peut-elle être plus difficile ?
    Oui. D'autres pathologies de l'utérus, telles que des myomes, des adénomyoses, etc., peuvent exister et rendre les choses encore plus difficiles.
  10. Est-il vrai que les symptômes peuvent s'améliorer à la suite d'une grossesse ?
    Oui, et la maladie peut être contrôlée par des traitements plus simples.

 

Retour à Dernières nouvelles

Partager:

Go to top