Cryopréservation de gamètes et d’embryons

Cryopréservation

Dans certains cas, on peut cryopréserver du tissu testiculaire ou du tissu ovarien.

Tout le matériel cryopréservé est conservé dans de l’azote liquide à -196 °C. Les conteneurs de stockage utilisés sont des cuves conçues spécifiquement pour la préservation des échantillons biologiques. Ces cuves sont situées dans une salle indépendante équipée des appareils nécessaires pour garantir leur sécurité et la bonne conservation des échantillons.

Cryogenic room Cryogenic room

Salle de cryogénie

Les techniques de cryopréservation sont continuellement en cours de perfectionnement afin d’améliorer les taux de survie et de viabilité après décongélation.

Jusqu’à il y a quelques années, la méthode employée la plus habituelle pour la cryopréservation de gamètes et d’embryons était la méthode de congélation lente, également connue comme méthode classique. Ces dernières années, une nouvelle technique de cryopréservation ultrarapide (vitrification) est en train de gagner du terrain, car il s’agit d’une procédure plus simple qui a démontré donner, dans certains cas, des résultats similaires, voire supérieurs, à la méthode classique.

La cryopréservation du sperme est une technique très étendue, car elle facilite dans une large mesure les cycles de FIV et d’insémination artificielle intra-utérine (IAIU). Elle permet l’existence de banques de sperme et assure la conservation d’échantillons précieux dans les cas où il y aurait peu de spermatozoïdes dans l’éjaculat, de risque de détérioration ou de difficultés à obtenir un échantillon de sperme.

Partager:

Go to top