La stimulation de l’ovulation et le monitorage

Les ovocytes se développent à l’intérieur des follicules, de petites poches remplies de liquide ou kystes qui se forment sur les ovaires.

Pendant le traitement, le nombre et la taille de ces follicules sont mesurés tous les jours par voie d’échographie transvaginale. Les échographies ne permettent pas d'observer les ovocytes, car ceux-ci sont de taille microscopique.

Les follicules produisent une hormone appelée œstradiol dont le niveau va augmenter au fur et à mesure de leur développement.

La production d’œstradiol est vérifiée quotidiennement à l’aide d’une analyse de sang. Il est important d’obtenir le résultat le jour même afin de mesurer la réponse à la stimulation.

La dose du traitement, qui est déterminée sur la base des échographies et des dosages hormonaux pratiqués, peut varier d'un jour à l'autre en fonction des résultats. L’œstradiol augmente progressivement tous les jours jusqu'au moment du prélèvement des ovocytes. Le taux d’œstradiol n’a pas une valeur constante, au contraire, il varie considérablement d’une femme à l’autre.

Les échographies et la surveillance hormonale quotidiennes nous permettent de suivre l'évolution des follicules et de déterminer ainsi le moment adéquat pour procéder au prélèvement des ovocytes produits.

Dans certains cas, et selon le traitement indiqué, des analyses sériées des urines peuvent également être faites. Ces analyses serviront à déterminer le taux d’hormone LH, laquelle est responsable de l'ovulation. En cas d'augmentation du taux de LH, ce qui indique le début d’une ovulation spontanée, on décidera s’il convient d'annuler le cycle ou de modifier le plan établi.

L’annulation d’un cycle FIV

Près de 12 % des cycles de FIV sont annulés pour diverses raisons qui sont toutes liées à une mauvaise réponse à la stimulation.

Parmi les causes les plus fréquentes, citons:

  • Le manque de follicules (faible réponse)
  • Des taux d'hormones faibles ou irréguliers qui indiquent que les ovocytes qui vont être obtenus ne seront pas de bonne qualité
  • Une ovulation prématurée qui empêche de déterminer avec exactitude l’heure adéquate pour procéder au prélèvement des ovocytes.

Dans la plupart des cas, la prescription d'un nouveau traitement ou la modification du traitement en cours permettent de tenter un autre cycle de FIV après une période de repos de quelques mois.

Il a été démontré que les couples dont la situation sociale, familiale et émotionnelle est stable ont une plus grande probabilité de conception et se déclarent satisfaits du traitement.

C’est la raison pour laquelle nous avons mis en place un programme de soutien psychologique au sein du Service de médecine de la reproduction qui a pour but d'aider les couples à mieux vivre leur stérilité et le traitement.

Partager:

Go to top