La surveillance de l’ovulation

Toutes les patientes sont traitées avec des hormones pour stimuler l’ovulation. Ces hormones sont généralement administrées par voie sous-cutanée, le traitement étant entrepris les premiers jours du cycle. Les doses peuvent varier d’une patiente à une autre et d’un cycle à un autre. Le traitement se poursuit jusqu’à obtention d’une maturation correcte d’un ou plusieurs ovules. Afin de prévenir et d’éviter de trop grands risques, ainsi que pour déterminer le jour de l’ovulation avec le maximum de précision, une surveillance adéquate de cette ovulation est de toute importance.

L’ovulation est surveillée en pratiquant les examens suivants :

  • Échographie vaginale:  
    Elle permet d’observer les ovaires et de vérifier la taille et le rythme de croissance du follicule qui se trouve dans l’un des ovaires (l’ovule est logé dans le follicule). Le follicule augmente de taille au fur et à mesure de sa maturation. Il est considéré comme mature ou prêt à ovuler lorsque son diamètre atteint au moins 18 mm. 
  • Analyse de sang: 
    Elle permet de connaître le taux d’œstrogènes (œstradiol), une hormone féminine qui est produite dans les ovaires et augmente au fur et à mesure que l’ovule mûrit à l’intérieur du follicule. Afin d’évaluer la réponse, il peut être utile de réaliser un traitement de stimulation de l’ovulation. 

Le premier examen de surveillance est effectué 4 à 6 jours après le début du traitement de stimulation, généralement le 8e jour du cycle. La date de l’examen suivant et la dose requise sont fixées en fonction de la réponse observée au niveau des ovaires. Une fois que le follicule ou les follicules sont matures, on administre une dose fixe de 5 000 UI d’hormone gonadotrophine chorionique et l’on procède à l’insémination 36 à 42 heures plus tard.

En moyenne, on pratique habituellement 3 à 4 examens par cycle. Il faut compter environ 4 à 8 jours entre le premier examen et le jour de l’insémination.

Partager:

Go to top