Auteur/autrice : Dexeus Campus (Page 1 of 4)

Dexeus Mujer participe au 38e Congrès ESHRE 2022

Comme à chaque édition, notre équipe de médecins et de biologistes du Service de Médecine de la Reproduction a participé activement au 38e Congrès de la Société Européenne de Reproduction Humaine et d’Embryologie (ESHRE en anglais) qui s’est tenu ce mois de juillet à Milan. Vous trouverez ci-dessous un bref résumé des documents présentés par notre équipe.

  • Precongress course – Progesterone levels in IVF cycles – when to measure and what to do according progesterone
    Prof. Dr. N.P. Polyzos.
    Dexeus University Hospital, Reproductive Medicine, Barcelona, Spain.
    Progesterone supplementation is an essential part of assisted reproduction owing to the luteal phase defect observed either following ovarian stimulation for IVF/ICSI or in artificially prepared frozen embryo transfer cycles. Over the last decades different routes of progesterone administration have been utilized with differences in local and systemic absorption, pharmacokinetics and side effects.
    The scope of the presentation is to present the novelties in the Luteal phase Support strategies in modern ART, the effect of progesterone formulations in fresh and frozen embryo transfer cycles and the new treatment strategies aiming towards and individualized Luteal phase support iLPS based on the measurement of serum progesterone levels.
  • Invited session: State of ART of frozen embryo transfer cycles- Endometrial preparation for FET: HRT vs natural cycle
    Prof. Dr. N.P. Polyzos.
    Dexeus University Hospital, Reproductive Medicine, Barcelona, Spain.
    Frozen-thawed embryo transfer (FET) cycles have increased dramatically over the past decade, mainly due to the introduction of vitrification as a more efficient method of cryopreservation, and the increase of freeze-all strategy in order to reduce the risk of OHSS.
    Planning of FET cycles, is a key step for the implantation of the frozen-thawed embryos, since it allows the synchronization of the endometrium with the developmental stage of the embryo.
    Endometrial preparation can be achieved either through hormonal replacement treatment (HRT) by an artificial cycle using exogenous estrogen administration for the development of the endometrium and subsequent administration of exogenous progesterone for its secretory transformation (AC-FET) or via a natural cycle, following the detection of LH surge (NC-FET), or the trigger of ovulation with human chorionic gonadotrophin (mNC-FET).
    The scope of the presentation is to provide an overview of the different methods of endometrial preparation for FET cycles, their advantages and disadvantages, and the evidence regarding clinical but also adverse obstetrical and perinatal outcomes, following each different protocol.
  • Elevated serum progesterone levels before frozen embryo transfer do not negatively impact reproductive outcomes: a large retrospective cohort study
    Gonzalez-Foruria, S. García, A. Racca, M. Álvarez, N. Polyzos, B. Coroleu
    Retrospective cohort study of 3183 blastocyst FET cycles under HRT performed in a university-affiliated fertility centre between March 2009 and December 2020. All the cycles presented adequate serum progesterone levels before FET (≥10.6 ng/ml). A total of 1360 cycles corresponded to frozen homologous embryo transfer (ET) (hom-FET), 1024 were euploid ET (eu-FET) after preimplantational genetic testing for aneuploidies (PGT-A), and 799 cycles were frozen heterologous ET (het-FET).The primary objective was live birth rate (LBR).
    The results of this study suggest that once a threshold of serum progesterone before FET is achieved, progesterone levels are not predictive of the clinical outcome. Actually, LBR are not negatively affected when progesterone levels are found in their highest centiles after luteal phase rescue with vaginal plus subcutaneous progesterone.
  • Adverse pregnancy and neonatal outcomes in an oocyte donation program. Expanded Carrier Screening can substantially decrease the risk of recessive conditions
    Elisabet Clua, Gabriela Palacios i Marina Sumarroca
    Expanded carrier screening (ECS) has been widely implemented in the screening of gamete donors. Nevertheless, pregnancies conceived after oocyte donation (OD) cycles are still at risk for genetic adverse outcomes. This is a retrospective observational study that analyses the adverse events reported in 4573 OD cycles carried out between January 2014 and December 2021 in the Reproductive Medicine Unit of Dexeus University Hospital. The study includes patients who underwent OD cycles and reported an adverse outcome with a potential genetic aetiology from 2014 to 2021.
    Seventy-one recipients (1.55%) reported an adverse outcome of the pregnancy or children born from the OD. A confirmed genetic aetiology was reported in 23 (32.4%) cases including chromosomal abnormalities, microduplications and monogenic disorders. The reported remaining cases were due to congenital malformations, stillbirth, neurodevelopmental disorders, and other conditions for which a genetic aetiology has not been established to our knowledge.
    Moreover, we identified 211 (4.6%) high-risk assignations due to oocyte donors and recipient’s male partners being carriers of the same autosomal recessive condition when initially assigned, which would have led to an additional 1,15% of children born with an autosomal recessive conditions (25% of 4.6% high-risk assignations). Additionally, we rejected 52 (3.07%) oocyte donor candidates that were carriers of X-linked conditions, which would have led to an additional 0.76% of children born with an X-linked disorder.
    Based on our results, implementation of ECS, resulted in 55% risk reduction in adverse outcomes observed in our oocyte donation program from a potential adverse event rate of 3,46% to an actual 1.55% incidence of adverse outcomes.
  • Association between polymorphisms in FSHR and reproductive outcomes following IVF. Secondary analysis of a prospective cohort study in Europe and Asia
    Neves AR, Garcia S, Blockeel C, Arroyo G, Spits C, Pham TD, Ho MT, Tournaye H, Vuong NL, Polyzos NP
    FSHR protein expression has been found in the placenta, umbilical cord, amnion and decidua, suggesting a role in the promotion of a healthy pregnancy. Previous reports have analysed the impact of FSHR SNP rs6166 in pregnancy outcomes with conflicting results, mainly due to the heterogeneity in the inclusion criteria and limited sample size.
    We performed a secondary analysis of a multicenter multinational prospective study, including 368 patients from Vietnam, Belgium and Spain (168 from Europe and 200 from Asia) from 11/2016-06/2019. All patients underwent ovarian stimulation with fixed-dose 150IU rFSH in an antagonist protocol. Patients aged <38 years, undergoing their first or second IVF cycle with a predicted normal response were included. CPR, LBR and miscarriage rate (MR) in the first embryo transfer, as well as CLBR, were compared between the different genotypes of FSHR SNPs rs6166, rs6165 and rs1394205.
    The results demonstrate a previously unreported association between variant FSHR SNPs rs6165 genotype GG and higher CPR and LBR and reinforce a potential role for the genetic background in the prediction of a favorable prognosis following IVF.
  • Polymorphisms in FSHR gene do not affect late follicular phase steroidogenic response in predicted normoresponders. Secondary analysis of a prospective multicenter cohort study.
    Neves AR, Blockeel C, Garcia S, Alviggi C, Spits C, Ma PQM, Ho MT, Tournaye H , Vuong NL, Polyzos NP.
    Previous studies have shown that late follicular phase serum progesterone and estradiol levels are significantly correlated with the magnitude of ovarian response. Several authors have proposed that individual variability in the response to ovarian stimulation could be explained by variants in FSHR.
    We performed a secondary analysis of a multicenter multinational prospective study, including 366 patients from Vietnam, Belgium and Spain (166 from Europe and 200 from Asia), conducted from 11/2016-06/2019. All patients underwent ovarian stimulation followed by oocyte retrieval in an antagonist protocol with a fixed daily dose of 150IU rFSH. Patients included were predicted normal responder women <38 years old undergoing their first or second ovarian stimulation cycle. All patients had a serum progesterone and estradiol measurement on the day of trigger and were genotyped for 3 FSHR SNPs (rs6165, rs6166, rs1394205).
    Based on our results, FSHR SNPs rs6165, rs6166, rs1394205 do not influence late follicular phase serum progesterone nor estradiol levels in predicted normal responders. These findings add to the controversy in the literature regarding the impact of individual genetic susceptibility in response to ovarian stimulation in this population.
  • Microgravity exposure significantly decreases sperm motility and vitality. Can we consider human reproduction outside the Earth?
    Boada M, Perez-Poch A, Ballester M, Tresanchez M, Sánchez E, Martínez G, González DV, García S., Torner J, Polyzos NP
    Microgravity effects on the male reproductive system have mainly been studied in the animal model with diverse results and discouraging extrapolation in humans.
    Prospective study carried out in collaboration between the ART centre, a Technical University, and an Aviation Club specializing in parabolic flights. Two parabolic flights were conducted between 2020-2021, each consisting of 20 parabolic maneuvers, which means 160 seconds of microgravity exposure per sample. Fifteen sperm samples obtained from healthy men were included in the study in order to analyse the effects of microgravity and compare the results with those obtained in Earth gravity.
    On comparison of the mean values between fresh samples exposed to microgravity and those maintained on Earth gravity, statistical significant differences were found in the following parameters: vitality, motile sperm concentration, grade “a” sperm concentration, percentage of spermatozoa with progressive motility, curvilinear motility-VCL. Under the study conditions, non-statistically significant differences were observed in the other kinematic parameters.
    Motility and vitality of fresh human sperm samples are significantly decreased under microgravity conditions obtained by parabolic flight. Short exposure to microgravity significantly decreases sperm motility and vitality so such an effect is likely to be stronger with longer exposure. These findings should be taken into account when reproduction outside the Earth is intended since this may eventually affect sperm fertilizing capacity and therefore ART with fresh or frozen sperm samples.
  • Quality of life and Sexual Dysfunction in Bologna poor ovarian responders
    Hernandez Hernandez, S. García, F. Martínez, N.P. Polyzos
    Diagnosis of infertility is a common cause of sexual health disorders. Couples undergoing Assisted Reproductive Technology (ART) can face emotional stress and feelings of inadequacy or guilt that may interfere in their quality life and sexual function.
    In a prospective study conducted between 2015 and 2021 we collected questionnaires from poor ovarian responders fulfilling the Bologna criteria concerning their quality of life and sexual function.
    Patients’ mean age was 38.6 years old (with 20.6% of the patients being under 35, 33.8% between 35-39 and 45.6% were above 40 years). Infertility duration was less than a year for 22.1% of patients and over one year for 77.9% of patients. Most of patients (80.9%) had at least one previous IVF/ICSI treatment.
    Quality of life was significantly lower among poor responders with previous IVF attempts, whereas sexual distress was higher in women with previous IVF/ICSI treatment and women with longer duration of infertility.
    Conclusion: Social and sexual concerns should be taken in consideration in Bologna poor responders, especially in those with longer duration of infertility and previous failed IVF attempts independent of their age.
  • Progesterone supplementation in frozen embryo transfer with hormonal replacement therapy is associated with higher incidence of macrosomia
    Racca A, Prats P, Garcia S, Alvarez M, Coroleu B, Polyzos NP
    In total 406 cycles with singleton pregnancy and delivery in our clinic were included in this analysis. 277 cycles showed a progesterone values > 10.6 ng/mL on the day before the embryo transfer, while 129 cycles needed to be supplemented with either extra-vaginal or subcutaneous supplementation from the day of embryo transfer (because progesterone <10.6 ng/mL).
    The patients baseline characteristics were comparable between the two groups. The findings of this study showed and higher incidence of macrosomia in the group where progesterone was supplemented. This finding, clinically nonessential, needs to be more investigated, especially from a physiological point of view.
    Looking at the 129 supplemented cycles where progesterone was supplemented, there was no association with progesterone supplementation and pre-eclampsia.

Dexeus Mujer participe à l’étude européenne TRUFFLE 2sur les protocoles d’action en cas de retard de croissance fœtale

Le Dr Gerard Albaigés, responsable de la R&D à la Section de Médecine Fœtale du Département d’Obstétrique de Dexeus Mujer, fait partie de l’équipe de chercheurs participant à l’étude prospective multicentrique TRUFFLE 2 (Trial of Randomised Umbilical and Foetal Flow in Europe). L’objectif de cette étude est celui d’aborder la surveillance et le moment optimal pour l’accouchement en cas de retard de croissance fœtale à début tardif, entre 32 et 36 semaines de grossesse. Cette étude poursuit le travail de l’équipe qui a exécuté l’étude TRUFFLE 1 entre 2005 et 2010.

Jusqu’à l’étude TRUFFLE, le moment optimal pour accoucher les fœtus à croissance limitée dépendait de l’expérience de chaque clinicien et/ou institution. Le clinicien devait prendre en compte et équilibrer les risques de mortinatalité, d’intervention obstétricale, de prématurité, de décès néonatal et de troubles du développement neurologique à long terme. L’étude a cherché à déterminer si une modalité de surveillance et un moment pour l’accouchement optimaux pouvaient être établis.

À ce jour, aucune intervention autre que l’accouchement n’a été rapportée comme ayant un impact sur le retard de croissance fœtale à début tardif. Cependant, l’augmentation de la prévalence des naissances prématurées, même tardives, par le biais d’une intervention dans les grossesses considérées à risque, est associée à une morbidité accrue pour la mère (césarienne, déclenchement du travail) et son bébé (risque accru de mauvais résultats à la naissance et conséquences des admissions néonatales), voir même une augmentation faible mais significative du risque de besoins spéciaux à l’école.

TRUFFLE 2 implique les principaux centres périnataux du Royaume-Uni, de l’Europe et de la Scandinavie, où d’excellents services de médecine fœtale, obstétrique et néonatale sont disponibles. Ce groupe compte désormais plus de 30 membres engagés dans la recherche prospective en périnatalogie à haut risque et en restriction de croissance fœtale. Dexeus Mujer est actuellement le seul centre en Espagne à y participer.

Pour en savoir plus :
https://truffle-study.org/

La première analyse du transcriptome d’ovocytes reçoit un prix lors du 33e Congrès National de la SEF

Une étude dirigée par le Dr Francisca Martínez du Service de Médecine de la Reproduction de Dexeus Mujer a analysé le transcriptome des ovocytes obtenus après deux protocoles différents de suppression de la LH chez la même patiente : avec un antagoniste de la GnRH (ANT) et avec de la progestérone. L’objectif de l’étude était de savoir si l’administration de progestérone dans les traitements de stimulation ovarienne pouvait affecter la compétence ovocytaire.

Les protocoles de stimulation des gonadotrophines et de suppression de la LH à l’aide de progestérone (PP) ont de plus en plus de succès par rapport à la suppression des antagonistes de la GnRH (ANT) car ils présentent plusieurs aspects attrayants : l’administration orale par rapport aux injections, un coût moins élevé des médicaments et la disponibilité d’études comparatives montrant qu’un nombre total d’ovocytes et d’ovocytes matures similaire est obtenu avec la PP et avec l’antagoniste.

Malgré ces avantages apparents, un premier essai clinique randomisé chez des donneuses d’ovocytes a obtenu des résultats reproductifs inférieurs inattendus chez les receveuses d’ovocytes provenant de cycles avec PP (médroxyprogestérone) par rapport aux receveuses d’ovocytes provenant de cycles avec un antagoniste (ANT). La possibilité d’un effet délétère de la PP sur les ovocytes a donc soulevé des inquiétudes.

Pendant les traitements de stimulation, les ovocytes subissent une maturation finale avec accumulation et remodelage de l’ARNm, qui servira après l’ovulation et la fécondation à supporter les premiers stades du développement embryonnaire. L’ARNm accumulé devient disponible pour sa traduction lors de la maturation finale. La maturation finale est donc essentielle pour la qualité et la compétence des ovocytes. La compétence ovocytaire correspond à la capacité d’un ovocyte à supporter le développement embryonnaire jusqu’à l’activation du génome embryonnaire (AGE).

Par conséquent, Dexeus Mujer a considéré qu’il serait intéressant de réaliser une étude du transcriptome des ovocytes matures vitrifiés de donneuses en comparant l’effet de la suppression de la LH par PP par rapport à la suppression par ANT. Au total, 22 ovocytes (10 ovocytes ANT et 12 ovocytes PP) provenant de quatre donneuses ayant subi un traitement de don d’ovocytes à Dexeus Mujer entre janvier 2017 et mars 2018 ont été analysés.

L’analyse de cet ensemble unique de données d’ovocytes provenant de la même patiente a révélé que l’utilisation de progestérone pour contrôler la montée de LH ne modifie pas de manière statistiquement significative les niveaux d’expression génétique des ovocytes par rapport au protocole traditionnel avec les antagonistes de la GnRH, ce qui suggère une compétence ovocytaire similaire entre les deux protocoles.

Cette étude a reçu un prix lors du 33e Congrès National de la Société Espagnole de Fertilité, qui s’est tenu cette année à Bilbao au mois de mai.

Dans le cadre de la PMA, le sexe de l’embryon n’a aucune influencesur l’implantation ou sur le fait que la grossesse soit menée à terme

Chez les humains, le rapport entre le nombre d’hommes et femmes nés dans le monde est déséquilibré en faveur du sexe masculin. Il s’agit d’une tendance mondiale qui se poursuit depuis des décennies et qui a été confirmée par l’Organisation Mondiale de la Santé. Globalement, le ratio est de 105 naissances masculines pour 100 naissances féminines. Au fil des ans, la balance s’équilibre naturellement, car les hommes ont une espérance de vie plus courte que les femmes.


Cependant, on ne sait toujours pas si cette disproportion entre les sexes à la naissance survient lors de la fécondation ou plus tard, pendant la période pré- ou post-implantatoire. Aussi bien une capacité de fécondation différente des spermatozoïdes X et Y qu’une capacité de développement différente des embryons mâles et femelles pourraient altérer le rapport ou l’équilibre des sexes à la naissance.

Puisque le diagnostique génétique préimplantatoire des aneuploïdies (PGT-A en anglais) fournit des informations sur la constitution chromosomique des embryons, y compris les chromosomes sexuels, un groupe de chercheurs de Dexeus Mujer, dirigé par la biologiste Beatriz Carrasco, a réalisé une étude rétrospective pour déterminer le rapport des sexes au stade de blastocyste des embryons humains générés par ICSI, chez les blastocystes euploïdes, transférés et implantés et, enfin, chez les bébés à la naissance.

Au total, les embryons de 646 patients ayant subi 921 cycles de diagnostic génétique préimplantatoire des aneuploïdies (PGT-A en anglais) entre septembre 2017 et février 2020 ont été inclus dans l’étude. Au total, 2637 blastocystes biopsiés ont été analysés.

Le rapport des sexes des blastocystes était favorable au sexe masculin, puisque 53,1 % des blastocystes ont été diagnostiqués comme masculins et 46,9 % comme féminins. Après la biopsie et le PGT-A, 41,2% des blastocystes ont été classés comme euploïdes, 7,7% comme mosaïques et 51,2% comme aneuploïdes. Une plus grande euploïdie chromosomique a été observée parmi les blastocystes féminins par rapport aux blastocystes masculins après avoir pris en compte l’âge féminin, l’âge masculin et la dose de gonadotrophine. Aucune différence significative entre les sexes n’a été observée dans le taux d’implantation, le taux de fausses couches et le taux d’enfants nés.

Les auteurs ont conclu que les embryons masculins sont plus nombreux à se développer jusqu’au stade de blastocyste que les embryons féminins. Toutefois, les blastocystes masculins ont un taux d’aneuploïdie plus élevé. Par conséquent, la capacité à s’implanter et à donner naissance à un enfant vivant est similaire entre les sexes.

Article de référence
Carrasco, Beatriz; García, Sandra; Parriego, Mónica; Polyzos, Nikolaos P.; Pons, María Carme; Veiga, Anna. Male and female blastocyst: any difference other than the sex? Publié : le 14 mai 2022. DOI : https://doi.org/10.1016/j.rbmo.2022.05.004

La perte de la force musculaire à la ménopause n’est pas liée à un taux élevé d’homocystéine

Une étude menée par Dexeus Mujer, et dirigée par le Dr Pascual García Alfaro, chef de l’Unité de la Ménopause, a analysé si des niveaux élevés d’homocystéine peuvent être liés à la perte de masse musculaire et de force de préhension qui caractérise les femmes après la ménopause.

Afin de vérifier cela, l’équipe de Dexeus Mujer a réalisé une sous-analyse d’une cohorte prospective de 303 femmes ménopausées âgées de 62,7 ± 6,9 ans dont la force de préhension (handgrip strength ou HGS en anglais) a été mesurée à l’aide d’un dynamomètre numérique comme critère principal, et les taux plasmatiques d’homocystéine et de créatinine, ainsi que le débit de filtration glomérulaire (DFG), comme critères secondaires.

Selon les résultats, 29,4% des femmes présentaient une dynapénie, leur adiposité était de 40,3 ± 5,4% et 9,57% des femmes présentaient une hyperhomocystéinémie. Il n’y avait aucune différence entre les tertiles d’homocystéine et de force de préhension.

Les taux plasmatiques d’homocystéine n’étaient pas liés à la force de préhension, mais étaient corrélés à l’âge, au DFG et à la créatinine. L’hyperhomocystéinémie n’était pas associée à la force de préhension ou à la dynapénie. Le risque d’une force de préhension faible n’était pas significativement associé à l’homocystéine mais plutôt à l’âge, à l’adiposité et à la créatinine.

Les auteurs ont conclu que la force de préhension et la dynapénie n’étaient pas liées à l’hyperhomocystéinémie. En revanche, l’âge, le DFG et la créatinine étaient significativement associés aux taux d’homocystéine plasmatique.

Article de référence García-Alfaro, P.; Pérez-López, F. R.; Rodriguez, I. Plasma homocysteine levels and handgrip strength in postmenopausal women. Climacteric, 1-6. 9 mai 2022. DOI: 10.1080/13697137.2022.2068409.

Le suivi des cycles de don d’ovocytes par le personnel infirmier améliore la satisfaction des donneuses

Le personnel infirmier du Service de Médecine de la Reproduction de Dexeus Mujer a réalisé une étude d’observation rétrospective pour vérifier si l’incorporation de la folliculométrie dans leur routine pendant le suivi des cycles de don d’ovocytes peut contribuer à améliorer la satisfaction des donneuses sans pour autant affecter les résultats du traitement. Les résultats de ces cycles ont été comparés à ceux obtenus lorsque les échographies de contrôle sont réalisées par l’équipe médicale.

Au total, 2301 cycles ont été analysés : 1186 ont été suivis par l’équipe médicale et 1115 par l’équipe infirmière. Il n’y avait pas de différence en ce qui concerne l’âge moyen des patientes (26 ans ± 5 ans). Cela dit, dans les cycles surveillés par le personnel infirmier, les donneuses ont subi un plus grand nombre de jours de stimulation, un plus grand nombre de bilans sanguins et un nombre inférieur de contrôles échographiques, sans qu’il y ait toutefois de différences cliniquement pertinentes.

Cependant, dans les cycles surveillés par l’équipe infirmière, le nombre total d’ovocytes prélevés et de MII obtenus était plus élevé et le taux d’annulation était plus faible. De même, dans les cycles surveillés par le personnel infirmier, une amélioration de la satisfaction des donneuses à l’égard des soins reçus a été observée, sans que cela n’affecte les résultats.

Cette étude a été présentée récemment par Ana Moreno lors du 8e Congrès National d’Infirmerie en Procréation Médicalement Assistée, qui s’est tenu dans le cadre du 33e Congrès de la Société Espagnole de Fertilité, qui a eu lieu au mois de mai à Bilbao.

Les experts en PMA de Dexeus Mujer évaluent l’indication de l’ICSI et démystifient certains mythes

Bien que l’ICSI ait représenté un progrès significatif dans le domaine de la médecine reproductive pour les patients présentant des problèmes d’infertilité masculine, il existe une certaine disparité d’opinions dans le monde médical quant à son utilisation dans d’autres cas d’infertilité. C’est pourquoi la revue Fertility and Sterility a recueilli les avis de différents experts sur le sujet.

Deux experts de Dexeus Mujer, le professeur Nikolaos Polyzos, chef du Département de Médecine Reproductive, et le docteur Ana Raquel Neves, ont participé à ce débat. Leur contribution se concentre sur la démystification de certains concepts qui sont tenus pour acquis concernant l’indication de cette technique. Voici quelques-uns des mythes exposés :

L’ICSI est indiquée chez les femmes ayant une faible réponse ovarienne :
Compte tenu du mauvais pronostic des patientes ayant une faible réserve ovarienne, l’idée selon laquelle l’ICSI pourrait améliorer les taux de réussite de la PMA est attirante. Cependant, toutes les données montrent que son application n’améliore pas les taux de grossesse dans ces cas.

L’ICSI est indiquée pour les femmes plus âgées en raison de la qualité inférieure de leurs ovules :
Les données scientifiques actuelles ne montrent aucune différence en termes de taux de fécondation ou de taux d’enfants nés entre l’ICSI et la fécondation in vitro (FIV) classique chez les femmes âgées.

L’ICSI est obligatoire chez les patients qui subissent un diagnostic génétique préimplantatoire :
Malgré la crainte d’une éventuelle contamination du matériel génétique du sperme en cas de FIV, les données disponibles montrent que ce risque est négligeable. En fait, les études disponibles montrent des résultats similaires concernant le nombre d’embryons disponibles pour la biopsie et les taux de résultats anormaux pour la FIV et l’ICSI.

L’ICSI devrait être la technique de choix chez les patients présentant une infertilité inexpliquée :
Une méta-analyse a conclu que l’application de l’ICSI améliorait les résultats reproductifs chez les patients souffrant d’infertilité inexpliquée. Cependant, l’hétérogénéité des essais inclus dans cette analyse, liée à des échantillons limités de patients et à la diversité des protocoles, limite l’interprétation des résultats. En outre, les essais randomisés et les études observationnelles à grande échelle ne montrent pas de différences significatives entre l’ICSI et la FIV pour ce groupe de patients.

L’ICSI doit être proposée aux patients qui ont déjà subi un traitement avec échec de fécondation :
Les auteurs soulignent que, bien que dans un contexte de traitement antérieur avec échec de fécondation, la plupart des cliniciens recommandent l’ICSI, il ne faut pas oublier d’autres causes potentielles de l’échec de fécondation.

Tous les patientes doivent bénéficier d’une insémination combinée (FIV et ICSI) afin de minimiser le risque d’échec de fécondation :
Chez les couples sans infertilité masculine, l’incidence de l’échec de fécondation est faible et les essais disponibles montrent des résultats similaires pour la FIV et l’ICSI. En outre, aucune différence n’a été constatée entre les deux techniques en ce qui concerne les taux de grossesse.

Notre équipe a conclu que, bien que l’ICSI soit une technique très efficace, son utilisation a été abusive étant donné que les résultats cliniques ne confirment pas d’améliorations comparatives par rapport à la FIV conventionnelle chez les couples sans infertilité masculine.

Article de référence :
Intracytoplasmic sperm injection for all or for a few?
Jason M Franasiak, Nikolaos P Polyzos, Ana Raquel Neves, John Liu Yovich, Tuong M Ho, Lan N Vuong, Robert J Norman.
Editorial: Fertil Steril. 2022 Feb;117(2):270-284.
doi: 10.1016/j.fertnstert.2021.12.001

Le transfert d’embryons au stade de blastocyste améliore les taux de grossesse et d’enfants nés dans les traitements avec don d’ovocytes

L’étude, dirigée par la biologiste Elisabet Clua, responsable du Programme de Don d’Ovocytes et d’Embryons chez Dexeus Mujer, a été réalisée dans ce centre entre avril 2017 et août 2018. L’échantillon de femmes étudié était composé de receveuses d’ovocytes âgées de 18 à 50 ans, dans leur premier ou deuxième cycle de réception synchronisé (à l’exclusion des cycles PGT-A, des patientes présentant des échecs d’implantation récurrents, ainsi que des patientes dont le partenaire présentait un facteur masculin sévère).

La principale variable à comparer était le taux cumulé d’enfants nés dans les 12 mois suivant le premier transfert d’embryons (c’est-à-dire, en considérant le transfert d’embryons frais et cryopréservés). Le délai entre le premier transfert d’embryons et le premier enfant né et le coût par enfant né ont été également étudiés. Au total, 134 receveuses d’ovocytes ont été inclues de manière aléatoire soit dans le groupe de transfert à J3 (n=69), soit dans le groupe de transfert à J5 (n=65).

Selon les résultats, dans le groupe de transfert de blastocystes, il y a eu une augmentation relative de 15,9 % du taux cumulé d’enfants nés. Le temps jusqu’à la naissance était significativement plus court par rapport au groupe avec transfert à J3. Pour atteindre un taux cumulé de 50 % d’enfants nés, le groupe avec transfert à J3 a eu besoin de 6 mois de plus que le groupe avec transfert à J5 (15,3 contre 8,9 mois, respectivement). En outre, le coût moyen de la stratégie à J3 était 24 % plus élevé que celui de la stratégie à J5 (14 817,1 euros contre 10 959,2 euros) et le taux de grossesse clinique était environ 25 % plus faible dans le groupe avec transfert à J3.

Selon les auteurs, l’étude démontre que le transfert d’embryons au stade de blastocyste chez les receveuses d’ovocytes est l’option à privilégier, car elle conduit à un taux plus élevé d’enfants nés, à un délai plus court jusqu’à l’accouchement et à des coûts inférieurs pour l’obtention d’une grossesse, par rapport au transfert d’embryons au stade de développement précoce.

Article de référence :
Blastocyst transfer increases cumulative-live-birth-rates and reduces time and cost to livebirth compared with cleavage stage in recipients of donated oocytes. A randomized controlled trial
Clua E. Rodríguez I., Arroyo G., Racca A., Martínez F., Polyzos, N.
Reproductive Biomedicine online, January 08, 2022.
doi: 10.1016/j.rbmo.2022.01.001

Une étude facilite le diagnostic échographique des pathologies endométriales basées sur la terminologie IETA

Le Dr Mª Angela Pascual, directrice de Recherche, Développement et Innovation au Service d’Imagerie Diagnostique Gynécologique de Dexeus Mujer, a participé à une vaste étude prospective multicentrique européenne chez des femmes pré et post-ménopausées afin de décrire les résultats échographiques des pathologies cavitaires et endométriales en utilisant la terminologie du groupe IETA (International Endometrial Tumor Analysis).

La base de données comprenait 2856 femmes consécutives présentant des saignements utérins anormaux. Dans tous les cas, une échographie Doppler couleur a été réalisée et dans 1857 cas, une échographie avec instillation de solution saline a été réalisée. L’histologie de l’endomètre était disponible chez 2216 femmes, qui ont constitué la population de l’étude. L’âge moyen des patientes était de 49 ans (intervalle, 19-92 ans). L’échantillonnage de l’endomètre a été effectué selon le protocole local de chaque centre.

Au total, des polypes endométriaux ont été diagnostiqués chez 751 femmes (33,9 %), des fibromes sous-muqueux chez 223 femmes (10,1 %) et 137 femmes (6,2 %) ont été diagnostiquées avec un cancer de l’endomètre. Aucune (0 % [IC 95 % ; 0,0-5,5 %]) des 66 femmes présentant une épaisseur endométriale inférieure à 3 mm n’a eu de cancer de l’endomètre ou d’hyperplasie atypique/EIN. Un cancer de l’endomètre ou une hyperplasie atypique/NEI a été détecté dans trois des 283 endomètres (1,1 % [IC 95 % ; 0,4-3,1 %]) d’aspect trilaminaire, dans trois des 459 endomètres (0,7 % [IC 95 % ; 0,2-1,9 %]) présentant une ligne médiane linéaire et dans cinq des 337 cas (1,5 % [IC 95 % ; 0,6-3,4 %]) présentant un seul vaisseau non ramifié à l’échographie sans solution saline.

Les auteurs ont conclu que la détection de certaines caractéristiques faciles à évaluer du groupe IETA (épaisseur endométriale inférieure à 3 mm, endomètre trilaminaire, ligne médiane régulière et vaisseau unique non ramifié) est associée à une faible probabilité de cancer de l’endomètre.

Article de référence :
Typical ultrasound features of various endometrial pathologies described using International Endometrial Tumor Analysis (IETA) terminology in women with abnormal uterine bleeding
T Van Den Bosch, J Y Verbakel L Valentin, L Wynants, B De Cock, M A Pascual, F P G Leone, P Sladkevicius, J L Alcazar, A Votino, R Fruscio, C Lanzani, C Van Holsbeke, A Rossi, L Jokubkiene, M Kudla, A Jakab, E Domali, E Epstein, C Van Pachterbeke, T Bourne, B Van Calster, D Timmerman.
Observational Study Ultrasound Obstet Gynecol. 2021 Jan;57(1):164-172.
doi: 10.1002/uog.22109.

L’âge maternel plus élevé et les ressources hospitalières expliquent le taux plus élevé de césariennes dans le secteur privé

Au cours des deux dernières décennies, le taux de césariennes est passé de 15 à 25 % dans le système de santé publique, et de 28 à 38 % dans le secteur privé. Les causes de cette augmentation sont multiples et souvent peu claires. C’est pourquoi Dexeus Mujer a participé à une étude rétrospective en coordination avec le groupe Quirónsalud afin d’analyser les taux de césariennes dans les 42 hôpitaux qui font partie du réseau de santé privé Quirónsalud.

L’étude, dirigée par le Dr Pilar Prats, a été menée entre 2018 et 2019. Au total, 62 685 accouchements ont été analysés : 42 987 étaient des accouchements par voie vaginale (68,6 %) et 19 698 des césariennes (31,4 %). Les hôpitaux ont été classés en trois groupes : grands hôpitaux (11), hôpitaux de taille moyenne (17) et petits hôpitaux (14). Le taux de césariennes a été mesuré en classant les patientes en trois groupes : total des accouchements, césariennes à faible risque et césariennes à faible risque sans accouchement par césarienne préalable.

L’âge moyen des patientes pour les accouchements totaux était de 34,18 ans, tandis que l’âge moyen pour le groupe à faible risque était de 34,12 ans. Sur les 19 698 césariennes, 18,36 % (3 618) concernaient la population à haut risque et 81,63 % (16 080) la population à faible risque. Parmi les accouchements par césarienne à faible risque, 69,54 % (11 183) concernaient des patientes sans antécédents de césarienne.

Les chercheurs ont conclu que le taux global de césariennes dans le groupe Quirónsalud est légèrement plus élevé que dans le système de santé publique. L’âge maternel plus élevé et les ressources hospitalières impliquées dans l’assistance à l’accouchement pourraient expliquer cette différence.

Article de référence :
Cesarean rate in selected hospital network of private sector: A retrospective study
A Farrés, A Albarracín, B Serra, P Prats.
Observational Study J Healthc Qual Res. Nov-Dec 2021;36(6):317-323.
doi: 10.1016/j.jhqr.2021.06.006. Epub 2021 Aug 2.

« Older posts

© 2022 Blog Campus

Theme by Anders NorenUp ↑