La supplémentation de progestérone améliore les résultats reproductifs dans CT sur patientes qui ont un bas niveau de cette hormone

Le niveau de progestérone parfait pour la réalisation du cryotransfert (CT) est encore objet de débat. Le niveau de P de 10 ng/mL produit par le corps jaune dans un cycle naturel est une valeur de référence assez habituelle. Les études réalisées avec CT après un cycle artificiel (en utilisant soit les ovocytes de la patiente que ceux d’une donneuse, ou encore des embryons euploïdes) ont eu comme résultat un taux plus bas pour les grossesses évolutives ou les naissances vivantes, et un taux plus élevé de fausse couche, quand les niveaux de progestérone étaient faibles dans les jours à proximité du CT. Cette donnée est en effet significative si l’on considère q’ environ un tiers des patientes que réalisent un CT en cycle artificiel peuvent se trouver dans cette situation.

C’est pour cela qu’un groupe de chercheurs de Dexeus Mujer, dirigé par le Dr. Dr. Manuel Álvarez, a produit une étude prospective sur un total de 574 cycles (453 patientes). L’objectif étant celui de confirmer si l’apport quotidien supplémentaire par voie sous-cutanée d’injections de progestérone dans les patientes qui présentaient un faible niveau de progestérone sérique, en commençant le traitement le jour avant le CT, et comme complément au traitement vaginal avec P micronisée suivi jusqu’à ce moment (200mg/8 heures), pourrait améliorer les résultats reproductifs, similaires à ceux des patientes qui présentaient un niveau de progestérone considéré normal, de P >10.6 ng/mL .

Sur le total, 342 étaient des cycles dans lesquels les patientes présentaient des niveaux adéquates de progestérone le jour avant le CT, et 226 étaient des cycles dans lesquels les niveaux de P enregistrés étaient faibles le jour avant le CT, mais qui ont été compensé par la supplémentation de 25 mg de progestérone par voie sous-cutanée. Dans tous les cas le transfert était d’embryons euploïdes. Les résultats de l’étude, publié récemment par la revue Human Reproduction, montrent que 98.2% des patientes a atteint une valeur de P >10.6 ng/mL le jour du CT, et que le taux de naissance était presque le même pour les deux groupes : a atteint 49.1% dans les cas avec un niveau de P normal et 52.3% dans les cycles avec la supplémentation.

C’est pour cela qu’un groupe de chercheurs de Dexeus Mujer, dirigé par le Dr. Dr. Manuel Álvarez, a produit une étude prospective sur un total de 574 cycles (453 patientes). L’objectif étant celui de confirmer si l’apport quotidien supplémentaire par voie sous-cutanée d’injections de progestérone dans les patientes qui présentaient un faible niveau de progestérone sérique, en commençant le traitement le jour avant le CT, et comme complément au traitement vaginal avec P micronisée suivi jusqu’à ce moment (200mg/8 heures), pourrait améliorer les résultats reproductifs, similaires à ceux des patientes qui présentaient un niveau de progestérone considéré normal, de P >10.6 ng/mL .

Sur le total, 342 étaient des cycles dans lesquels les patientes présentaient des niveaux adéquates de progestérone le jour avant le CT, et 226 étaient des cycles dans lesquels les niveaux de P enregistrés étaient faibles le jour avant le CT, mais qui ont été compensé par la supplémentation de 25 mg de progestérone par voie sous-cutanée. Dans tous les cas le transfert était d’embryons euploïdes. Les résultats de l’étude, publié récemment par la revue Human Reproduction, montrent que 98.2% des patientes a atteint une valeur de P >10.6 ng/mL le jour du CT, et que le taux de naissance était presque le même pour les deux groupes : a atteint 49.1% dans les cas avec un niveau de P normal et 52.3% dans les cycles avec la supplémentation.

 Individualised luteal phase support in artificially prepared frozen embryo transfer cycles based on serum progesterone levels: a prospective cohort study
M.Alvarez, Sofía Gaggiotti-Marre, Francisca Martínez, Lluc Coll, Sandra García, I.González-Foruria, Ignacio Rodríguez, Mónica Parriego, Nikolaos P. Polyzos, and Buenaventura Coroleu
Hum Reprod. 2021 Mar 4; deab031. doi: 10.1093/humrep/deab031

1 Comment

  1. kharouf mahmoud

    le résultat de la supplémentation en progestérone est intéressante dans l’amélioration du taux de grossesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2021 Blog Campus

Theme by Anders NorenUp ↑