10 % des femmes qui ont congelé leurs ovocytes pour des raisons sociales les ont utilisés

10 % des femmes qui ont congelé leurs ovocytes pour des raisons sociales les ont utilisés

La préservation de la fertilité due au désir de retarder la maternité est une option vers laquelle de plus en plus de femmes se tournent, même si l'on parle peu de cette stratégie. En Espagne, cette pratique s'est développée, en particulier au cours des cinq dernières années. Il est difficile de disposer de données concluantes concernant l'utilisation des gamètes ou des embryons conservés à cet effet, car l'essentiel de ces traitements n'est réalisé que depuis quelques années. Une équipe du service de médecine de la reproduction du centre Dexeus Mujer a néanmoins réalisé un travail qui nous permet d'extraire des informations utiles.

Cette recherche, dirigée par la biologiste Clara González, est une étude rétrospective de suivi des patientes ayant congelé leurs ovocytes entre 2009 et 2017. Durant cet intervalle, 10 % des patientes (342) ont décidé de les utiliser ultérieurement.

Sur les 342 patientes ayant préservé leurs ovocytes, 13,2 % (45/342) ont consulté pour un désir de maternité pendant la période étudiée. 9,6 % (33/342) d'entre elles ont commencé un cycle de cryotransfert d'ovocytes suivi d'une FIV. L'âge moyen de ces femmes est de 40,9 ± 2,5 ans. Le taux de survie des ovocytes a été de 84,5 % (284/336). Après la réalisation d'un cycle de FIV et le transfert de 1,4 embryon en moyenne, 45,5 % (15/33) des femmes étaient enceintes après la première tentative. 26,7 % (4/15) ont avorté spontanément. 63,6 % (21/33) des patientes ont congelé les embryons surnuméraires. 9 cryotransferts ont été réalisés et ont donné lieu à 6 grossesses, ce qui représente un taux cumulé de grossesse de 60,6 % (20/33).

5,8 % (20/342) des femmes qui avaient préservé leurs ovocytes ont préféré avoir recours à des techniques alternatives (FIV, insémination artificielle) plutôt qu'utiliser les ovocytes vitrifiés. Le taux de grossesse par cycle de FIV a été de 38,4 % (5/13). 6,2 % (18/290) sont spontanément tombées enceintes et conservent leurs ovocytes vitrifiés. Une femme a décidé de détruire les ovocytes cryopréservés.

Selon les auteurs, la préservation de la fertilité offre des résultats appropriés et correspondant à l'âge au moment de la congélation des ovocytes, il est donc important d'informer les femmes de cet aspect, afin que la préservation soit réalisée dans le délai offrant les meilleures possibilités de réussite.

Travail de référence :

Publication : Non-medical fertility preservation: eight years of follow-up

González Llagostera C., Solé Inarejos M., Devesa Rodríguez de la Rúa M., Boada Palá M., Barri Ragué PN., Veiga Lluch A.
Service de médecine de la reproduction. Département d'obstétrique, gynécologie et médecine de la reproduction Hôpital universitaire Dexeus. Barcelone.

32e Congrès national de la Société espagnole de Fertilité (SEF), Madrid, 2018

Demandez des informations

(+34) 93 227 48 96

Ou remplissez ce formulaire et nous vous contacterons le plus tôt possible

Je souhaite être informé des nouveautés concernant Dexeus Mujer et recevoir la newsletter :
Pour plus d'informations, contactez notre Service d'accueil de la patiente étrangère.