Une étude confirme la relation entre des valeurs inférieures à celles diagnostiquées dans le diabète gestationnel et des complications obstétricales et néonatales chez des femmes méditerranéennes

Une étude confirme la relation entre des valeurs inférieures à celles diagnostiquées dans le diabète gestationnel et des complications obstétricales et néonatales chez des femmes méditerranéennes

Une étude mondiale menée chez des femmes enceintes qui n'incluait que des patientes du Nord de l'Europe (the HAPO study) a révélé que des taux de glucose dans le sang inférieurs à ce qui est considéré comme diabète gestationnel étaient associés à un risque majeur de présenter des problèmes d'hypertension pendant la grossesse, à des accouchements prématurés, à des indications de césarienne, à une macrosomie et à d'autres complications obstétricales et néonatales. C'est pourquoi l'Association internationale des groupes d'étude sur le diabète et la grossesse (IADSPSG, selon le sigle anglais) a décidé de revoir les valeurs utilisées dans les tests de glycémie habituellement pratiqués aux femmes enceintes et a établi de nouvelles normes, réduisant ainsi le seuil requis pour le diagnostic du diabète gestationnel. Cependant, il n'y a pas un consensus international sur cette question. De nombreux centres espagnols suivent les critères antérieurs, comme ceux indiqués par le National Diabetes Data Group (NDDG), qui considère comme normaux des taux de 100 à 105 mg/dl, voire dépassant 105 mg/dl, tandis que l'IADSPSG établit le diagnostic du diabète gestationnel à partir de valeurs supérieures à 92 mg/dl.

L'incidence du diabète gestationnel étant d'environ 4 à 5 % plus élevée dans les pays méditerranéens par rapport à d'autres régions d'Europe, la Société espagnole du diabète a recommandé d'étendre les études à la population locale afin de déterminer si les valeurs actuellement appliquées pour poser le diagnostic du diabète gestationnel sont adéquates. C'est la raison pour laquelle un groupe de chercheurs dirigé par la Dre Gemma Sesmilo, chef de service du département d'endocrinologie, de nutrition et du diabète de l'hôpital universitaire Dexeus, et l'équipe médicale du centre Santé de la femme Dexeus ont décidé de mener une étude en Catalogne afin de savoir si les résultats de l'étude HAPO étaient également observables chez des femmes méditerranéennes.

La recherche a été faite sur un total de 5 203 femmes enceintes d'un seul fœtus, de 33,8 ans en moyenne, auxquelles on a fait passer le test de glycémie au cours du deuxième trimestre de gestation à l'hôpital universitaire Dexeus (entre 2008 et 2015). Pour l'évaluation, sept catégories de glucose à jeun ont été établies : 1 : < 75 mg/dl, 2 : 75-79 mg/dl, 3 : 80-84 mg/dl, 4 : 85-89 mg/dl, 5 : 90-94 mg/dl, 6 : 95-99 mg/dl et 7 : 100-124 mg/dl.

Les résultants ont confirmé, comme l'avait révélé l'étude HAPO, qu'il existe une association positive entre des complications obstétricales et néonatales et des taux de glucose dans le sang qui, selon les critères de la NDDG, ne sont pas considérés comme un diabète gestationnel, ce qui fait que les patientes qui sont en situation de risque ne reçoivent pas de conseil nutritionnel ni aucun type de traitement pendant la grossesse. De ce fait, les auteurs recommandent que les tests de glycémie soient considérés comme un marqueur de risque obstétrical et conseillent que les valeurs établies par la NDDG, et qui sont appliquées par certains centres de notre pays, soient revues. En outre, il est fait état de la nécessité d'évaluer quel traitement à suivre peut s'avérer le meilleur dans les différentes catégories établies de glucose dans le sang et donc de risque potentiel.

Maternal fasting glycemia and adverse pregnancy outcomes in a Mediterranean population
Sesmilo G, Meler E, Perea V, Rodríguez I, Rodríguez-Melcón A, Guerrero M, Serra B.
Acta Diabetol. 2017 Mar;54(3):293-299. doi: 10.1007/s00592-016-0952-z. Epub 2017 Jan 3.
Article originel

Demandez des informations

(+34) 93 227 48 96

Ou remplisez ce formulaire et nous vous contacterons le plus tôt possible

Je souhaite être informé des nouveautés concernant Dexeus Mujer et recevoir la newsletter :
Pour plus d'informations, contactez notre Service d'accueil de la patiente étrangère.